Contenu pauvre et SEO

Contenu pauvre & SEO ne vont pas ensemble

Michel Bouchard Marketing numérique, Méthodes de travail, Rédaction Web, SEO Laisser un commentaire

9 minutes

Prendre soin de vos textes, c'est bon pour votre SEO

Les contenus « pauvres » abondent sur le Web. À tel point que nous avons souvent l’impression que nos textes ne seront jamais lus parmi cette mer de publications.

Pourquoi ne pas écrire rapidement sans se corriger et se contenter de publier des textes un peu vides, alors?

Parce qu’ils affectent négativement vos résultats dans les moteurs de recherche. Pire encore, ils laissent une mauvaise impression aux internautes. Malgré le mythe voulant que personne ne lise sur le Web, les contenus de qualité continuent d’attirer, d’intéresser et d’engager.

L’impact des contenus pauvres sur votre référencement

Avec toutes les offres de création de contenu au rabais qui pullulent sur le Web, on peut facilement croire que les textes ne possèdent pas une grande valeur et qu’on n’a pas besoin d’accorder beaucoup d’amour à ses contenus. En retour, les internautes n’accordent pas non plus beaucoup d’amour aux contenus pauvres.

Et c’est là que les gens ont l’impression que personne ne lit en ligne. C’est vrai en partie. Personne ne veut lire un article inintéressant. Mais il n’y a pas que les utilisateurs qui regardent vos contenus : ce sont bien des mots qui sont utilisés par les moteurs de recherche pour référencer un site, un blogue, une boutique.

En effet, les moteurs de recherche accordent une grande importance à la qualité des contenus. Si vous publiez du contenu de mauvaise qualité, vous perdrez leur confiance et perdrez des rangs dans les résultats de recherche. Conséquemment, votre retour sur investissement risque de ne pas correspondre à vos attentes. Donc, valoriser et soigner vos contenus, c’est loin d’être un coup d’épée dans l’eau!

C’est quoi du contenu pauvre?

Vous avez certainement déjà visité un site où le titre d’une page prétendait répondre à une question précise, sans y avoir trouvé la réponse que vous cherchiez. Ce genre de contenu n’apporte aucune valeur, ni à l’entreprise ni aux utilisateurs. C’est du contenu « pauvre » qui ne sert qu’à meubler un blogue ou un site.

Et les internautes déçus se tourneront vers une autre ressource. Si vous ne leur donnez pas une réponse, ils iront visiter le site de votre compétiteur. Et ce n’est pas une simple question de longueur de texte ou de durée de visionnement : c’est une question de qualité et de pertinence.

Les réseaux sociaux ont changé radicalement notre manière de consommer de l’information. Sur Twitter et sur TikTok, on n’a droit qu’à des condensés d’information. Alors que sur un blogue et sur un site Web, on doit gérer l’information autrement. Si on n’offre que des résumés dans un blogue, on se trompe d’outil. Pourquoi créer un article s’il ne sert qu’à boucher un trou dans un blogue qui n’est ni trouvé, ni consulté, ni apprécié de ses rédacteurs ou de ses lecteurs?

Les contenus pauvres peuvent prendre plusieurs formes, mais leur grand point commun est qu’ils n’offrent rien d’utile, d’original ou d’unique aux internautes :

  • Des contenus dupliqués ou plagiés
  • Des contenus générés automatiquement
  • Des pages identiques où seule la géolocalisation change
  • Des réponses copiées-collées de Wikipédia
  • Des pages où les boutons et les appels à l’action ne réalisent pas l’action proposée
  • Un contenu segmenté sur plusieurs pages qui n’offre jamais une réponse directe
  • Le clickbait (piège à clics)

Créez des contenus qui répondent aux intentions de recherche des internautes

À une certaine époque, le bourrage de mots clés était un standard pour les rédacteurs. Plus on répétait un mot clé dans une page, plus la page était bien référencée. C’était vrai il y a un peu plus d’une décennie. Google en tête, les moteurs de recherche essayent de répondre aux intentions de recherche des internautes.

La mise à jour Panda (2011) avait justement pour but de freiner le référencement des sites qui misaient sur des contenus de faible qualité. Elle pénalisait les contenus dupliqués ou plagiés et les textes mal rédigés ou mal structurés qui n’offraient rien d’utile aux internautes.

Aujourd’hui, Google propose des lignes directrices précises aux rédacteurs de contenu. L’acronyme E.A.T. (Expertise, Authoritativeness, Trustworthiness) – qui désigne l’expertise, l’autorité et la confiance – permet de mieux saisir comment créer des contenus qui répondent aux nouvelles exigences du moteur de recherche.

Expertise : Est-ce que le contenu est de qualité supérieure et démontre un niveau de compétence et de connaissance adéquat?

Autorité : Est-ce que l’entreprise ou le rédacteur est une figure d’autorité crédible dans son domaine?

Confiance : Comment le site et ses contenus sont-ils perçus par les internautes? Quels sont les avis laissés par ceux-ci? Comment naviguent-ils sur le site?

Demandez-vous : pourquoi les internautes devraient-ils consulter mes contenus plutôt que ceux de mes compétiteurs? Si ceux-ci prennent le temps de rédiger des contenus utiles et de qualité qui mettent les clients en confiance, c’est vers eux que se tourneront les internautes.

Comment mesurer la qualité de vos contenus?

Même avec les meilleures intentions du monde, votre contenu peut ne pas répondre à vos objectifs. Pour qu’un contenu soit performant en SEO, il lui faut plaire à la fois aux lecteurs (les humains) et aux moteurs de recherche (les robots).

Faire un audit de contenu vous permettra d’en évaluer la qualité en prenant en compte deux éléments importants : comment les gens consultent vos contenus et comment les moteurs de recherche vous référencent. Quand on mesure des résultats en SEO, on doit donc s’intéresser autant au quantitatif (vos statistiques) qu’au qualitatif (l’appréciation des lecteurs).

Relisez vos contenus

Quand avez-vous consulté les contenus de votre propre site Web pour la dernière fois? Il arrive que des clients passent plusieurs mois ou années avant de revisiter leurs pages!

La première étape d’un audit de contenu, c’est tout simplement de prendre le temps de relire vos contenus. Est-ce que vos produits et vos services sont à jour? Est-ce que les informations que vous donnez sont toujours exactes?

Mettez-vous dans la peau de vos clients. S’ils visitent votre site, comprendront-ils bien ce que vous leur proposez? Doivent-ils deviner ce que vous avez à offrir ou consulter d’autres sites Web pour déchiffrer vos contenus? Quelles sont les informations manquantes?

Par ailleurs, être clair et rédiger des contenus informatifs compréhensibles et précis ne nécessite pas de produire de longs textes. Même si Google accorde une certaine importance à la longueur des contenus, ce n’est qu’un critère parmi d’autres. Un texte de 350 mots bien rédigé et structuré vaut mieux qu’un texte de 3500 mots mal écrit!

Faites lire vos contenus par des proches

Savez-vous que plus de 90 % de tous les contenus publiés sur le Web n’attireront jamais de trafic par Google?

Ça peut sembler énorme, mais les raisons sont souvent bien simples : soit des problèmes techniques empêchent l’indexation ou le référencement, soit le contenu ne répond pas aux intentions de recherche des internautes.

Faire relire vos contenus peut vous aider pour ce dernier point. Parce que même si c’est important d’aimer ses contenus, c’est encore plus important que vos lecteurs les apprécient. Il n’y a rien de pire qu’un site Web qui ne parle à personne d’autre qu’à son rédacteur!

Même si votre page ou votre article est déjà publié, demandez à quelques personnes de votre entourage ou à des clients de confiance de vous donner leurs commentaires. Ça vous aidera à mieux comprendre leurs attentes!

Vérifiez vos mots clés et votre optimisation on-page

Les fameux mots clés. Encore aujourd’hui, on retrouve des pages où on vise un taux de répétition élevé, sans se soucier de la structure des balises. Ça nuit à la lisibilité tout autant qu’aux résultats sur les moteurs.

Certains contenus Web ne sont jamais trouvés, tout simplement parce que les mots clés n’ont pas été choisis adéquatement ou qu’ils ne se retrouvent pas dans les balises SEO importantes :

  • Title: le titre principal de votre page qui apparaît sur Google
  • H1, H2, H3… : les niveaux de titre et sous-titres dans la page
  • Alt: la description ajoutée aux images
  • Nom du fichier : surtout pas IMG-4956…
  • Metadescription : le court texte qui s’affiche dans les moteurs de recherche

Des outils comme Alyze.com permettent de vérifier l’optimisation on-page de votre page en quelques instants. Plus votre page sera bien structurée, avec vos mots clés dans les bonnes balises, plus votre optimisation sera efficace.

Le choix des mots clés est tout aussi important. Parfois, les mots clés trop généraux, qui peuvent générer un très gros volume de recherche, sont ultra compétitifs. Pour des petits sites, ça peut être tout simplement impossible de compétitionner. Chercher à obtenir une première place sur « Poutine » partout au Québec, c’est un gros défi.

C’est ici que les mots clés à longue traîne deviennent utiles. Ce sont des mots clés plus précis qui attirent un volume de trafic moindre, mais grâce auxquels les opportunités de se démarquer sont plus nombreuses. Notre article sur les mots clés à longue traîne vous aidera à comprendre le concept et à l’appliquer dans votre stratégie de contenu.

Évitez la duplication

Les contenus dupliqués ne sont pas toujours ceux qu’on pense.

Le plagiat génère évidemment de la duplication. Ces contenus « empruntés » à d’autres sites sont aussi nuisibles à votre référencement qu’au niveau de confiance des internautes.

Mais il y a aussi les contenus dupliqués à l’intérieur de votre propre site Web. Parfois, c’est un simple paragraphe repris sur plusieurs pages – et dans certains contextes, comme pour un appel à l’action ou un slogan, ce n’est vraiment pas grave.

Les problèmes surviennent quand la duplication est provoquée par des erreurs techniques, comme une version avec et sans WWW ou encore HTTP et HTTPS. Ces simples erreurs techniques font en sorte que plusieurs versions de votre site sont disponibles.

Peu importe que vous choisissiez une URL avec ou sans WWW : l’important est d’en choisir seulement une! Une simple redirection 301 vous permettra de régler ce problème.

Pour les versions http ou HTTPS, assurez-vous que tous vos liens internes redirigent à une version HTTPS.

Corrigez les erreurs techniques

Au-delà de vos contenus eux-mêmes, quelques éléments techniques peuvent vous aider à gagner des points en SEO.

  • Mobile : Avec les récentes mises à jour de Google, un site adapté aux appareils mobiles est devenu incontournable. Si votre site n’est pas facile à consulter sur un téléphone cellulaire, vous perdrez autant les utilisateurs que la confiance des moteurs de recherche.
  • HTTPS : La question ne se pose même plus aujourd’hui. Le certificat SSL (qui est un protocole de sécurité) est une norme incontournable qui devrait être appliquée dans votre site Web.
  • 404 : Certaines pages sont-elles devenues inaccessibles dans votre site Web? Les erreurs 404 nuisent grandement au référencement dans les moteurs de recherche, mais aussi à l’expérience des internautes.

Comment enrichir vos contenus pauvres?

On peut être fier d’avoir écrit un article de blogue. Il y a de quoi d'ailleurs : ça demande du temps et des efforts. Mais il ne faut surtout pas laisser cette fierté freiner son esprit critique.

Rédiger est un art. Les rédacteurs mettent beaucoup d’amour, de temps et d’efforts à créer des textes qu’ils espèrent engageants et intéressants. En SEO, il ne faut cependant jamais oublier qu’on s’adresse à un lectorat bien précis et qu’on doit répondre aux critères des moteurs de recherche. L’art rencontre alors la technique. Pour certains, ça représente un frein à la créativité.

La dure réalité, c’est que vous pouvez avoir investi beaucoup de temps à rédiger une page ou un article sans que les résultats soient au rendez-vous. Ça veut dire que vous devrez probablement ajuster, améliorer ou même réécrire vos contenus si les lecteurs ne sont pas intéressés ou que les moteurs ne vous référencent pas.

Pour les sites Web où il n’y a que quelques pages et articles, ça représente quelques heures de travail par année. Pour des sites qui contiennent des centaines de pages et des contenus divers, ça peut rapidement devenir une tâche insurmontable.

L’audit de vos contenus permet de prioriser les contenus à refondre et de déterminer les opportunités les plus intéressantes pour vous. Vous n’avez certainement pas à réécrire l’entièreté de votre site Web! Privilégiez plutôt les contenus qui ont le potentiel de générer des visites nombreuses ou encore un bon retour sur investissement. Des contenus evergreen se rentabiliseront bien avec le temps.

Faites de vos contenus une priorité

Les contenus pauvres peuvent devenir un grave problème pour les entreprises qui misent sur leur site Web pour attirer des clients. Qu’on parle d’une stratégie SEO complexe ou du référencement local d’une boutique de quartier, leur impact peut nuire grandement à votre visibilité et à votre crédibilité.

Commencez par revisiter vos contenus actuels et identifiez ce qui doit être retravaillé. Google Analytics vous aidera à repérer les contenus les plus populaires et à comprendre comment les internautes interagissent avec eux.

Le SEO travaille pour vous, pourvu que vous adoptiez quelques bonnes pratiques. C’est une méthode de travail. Faites de votre audit de contenu un rendez-vous régulier. Une fois par mois, chaque trimestre ou chaque année. Vous pourrez ainsi mieux réagir aux changements d’habitudes des internautes, mais aussi aux mises à jour des moteurs de recherche. Google, notamment, a l’habitude d’apporter régulièrement des améliorations à son algorithme. Vous devez vous assurer de répondre rapidement à ses nouvelles exigences, année après année!

Ainsi, en plus de vous éviter bien des problèmes, enrichir vos contenus vous permettra de gagner en crédibilité, de démontrer votre réelle expertise aux internautes et de vous imposer comme référence pour les gens qui cherchent exactement ce que vous avez à proposer.

À propos de l'auteur

Michel Bouchard

Michel est référenceur et rédacteur SEO. Il s'intéresse principalement aux méthodes de référencement organiques, aux outils de Google, à l'entrepreneuriat et au travail créatif. Fondateur de REmédia, il travaille depuis 2014 à augmenter les revenus et la visibilité de sa clientèle sur le Web.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *