Créer une réaction avec les mots

Michel Bouchard Méthodes de travail, Rédaction Web

Vos textes provoquent-ils une réaction chez vos lecteurs?

Rédiger un article de blogue qui a du punch, c’est à la fois une science et un art. Il faut en effet jouer sur deux tableaux : les attentes des robots indexeurs et les goûts des humains qui vont nous lire. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard lorsque je parle de la rédaction Web comme d’un métier « artisanal »! Il nous faut des techniques de travail pour être vu et lu, certes, mais il ne faut pas oublier qu’au bout de la ligne, l’objectif, c’est de toucher les gens.

Ça tombe bien! Les mots sont d’excellents véhicules pour susciter des émotions. On veut pouvoir, en quelques phrases, créer une réaction bien précise chez le lecteur.

La réaction recherchée va évidemment varier selon l’objectif du texte : vendre, informer, toucher, sensibiliser, convaincre, démontrer, etc. Et c’est cette réaction qui va influencer le passage à l’action de notre lecteur. Ce n’est pas toujours aussi explosif qu’une centaine de mentions « J’aime » sur Facebook!

Les réactions qu’on doit créer dépendent donc de notre objectif de communication. Est-ce qu’on veut simplement partager une nouvelle? Veut-on que nos lecteurs adoptent un nouveau comportement en la lisant? Cherche-t-on à créer un réseau de partage dans les réseaux sociaux ou à favoriser le partage dans des réseaux d’experts? Est-ce qu’on tente de faire prendre conscience des dangers d’une mauvaise pratique ou d’enseigner les bonnes pratiques? Veut-on vendre un produit en faisant miroiter qu’il s’agit de LA chose qui manque à la vie des gens ou veut-on plutôt en démontrer l’efficacité avec des preuves à l’appui?

Créer une réaction à l’écrit n’est pas si complexe : souvent, il suffit de faire appel à la bonne émotion. Mais créer la réaction recherchée, voilà un tout autre défi!

Avec cet article, je voulais vous partager mes principaux trucs pour créer une réaction avec des contenus de marque. Parce que, de mon point de vue, tous les sujets peuvent être passionnants, s’ils sont traités avec amour par leur rédacteur.

Lisez pour vous inspirer

La lecture s’avère le meilleur moyen de comprendre les réactions provoquées par les mots. En lisant, on se rend compte que certaines tournures de phrases peuvent susciter l’ennui, ou au contraire, l’excitation. Certains mots auront une connotation positive ou négative dans des contextes différents. Un sujet vulgarisé ne touchera pas un lecteur néophyte et un expert de la même manière.

Bref, lire aide à prendre conscience de l’importance du mot, de la phrase, du style et du ton. La lecture nous permet, de bien des manières, d’améliorer notre propre approche, en décloisonnant notre réflexion. Nous ne rédigeons pas pour nous, mais bien pour un lecteur! Ce qui importe, c’est donc de trouver comment atteindre ce lecteur.

Une façon bien à moi de fonctionner, c’est de regarder les articles de gens qui m’inspirent pour trouver ceux que j’aurais aimé avoir rédigé. Si un article me rend fébrile, je sais qu’il y a des éléments dont je pourrais m’inspirer pour créer une réaction similaire chez mon lecteur.

Tant que vous vous inspirez et que vous ne copiez pas, évidemment! On peut se laisser bercer par la magie des autres, sans voler leur touche de génie.

Développez votre style d’écriture

Chaque personne – même les rédacteurs professionnels qui doivent s’adapter à différents lectorats – a son propre style. Une façon d’écrire avec laquelle elle est plus à l’aise ou tout simplement une manière de dire les choses qui lui appartient. Les gens hésitent souvent à se lancer dans la rédaction de leurs contenus parce qu’ils ont l’impression que leur plume n’est pas assez bonne ou qu’ils font des fautes trop souvent. Mais les fautes, elles se corrigent. Le courage de partager son savoir et ses idées? Ça, ça se développe!

La rédaction, c’est un métier, comme tant d’autres. Plus vous le pratiquerez, plus vous deviendrez meilleur. Vous ne « découvrirez » pas votre style, vous le travaillerez. Vous ne « trouverez » pas la créativité, vous la développerez.

Parce que la réalité, c’est que vous ne vous démarquerez pas en copiant les autres. Et surtout pas en calquant le style de votre rédacteur préféré.

Rédigez, testez, essayez, recommencez! Amusez-vous à rédiger une idée de nombreuses manières jusqu’à ce que vous ayez trouvé la formulation la plus naturelle pour vous. Vos lecteurs ont des attentes et un niveau de lecture – vous ne pouvez évidemment pas écrire pour des enfants du primaire comme à des doctorants en littérature. Mais c’est en répétant l’exercice que vous parviendrez justement à adapter VOTRE style aux différents contextes de communication et à des publics variés.

Plus vous vous pratiquerez, plus vous développerez votre style et amasserez des informations précieuses sur la réception de vos textes. Avec le temps, vous trouverez comment créer les réactions que vous recherchez, peu importe le sujet dont vous traitez.

Prenez position

Dans un monde où la langue de bois est généralisée, et souvent associée à un manque d’authenticité, il vous faut montrer votre originalité. Prendre position sur un sujet donné, c’est un excellent moyen de créer une réaction.

Il ne s’agit pas ici des commentaires d’amateurs qui inondent chaque jour notre fil d’actualité sur Facebook. Bien au contraire, je vous propose plutôt de prendre position en tant qu’expert. Votre opinion doit, idéalement, être appuyée sur des faits, des pratiques reconnues, des méthodes, etc. Plutôt que de « commenter » la nouvelle, comme c’est la mode dans les journaux à potins, vous la « critiquez ». C’est-à-dire que vous la commentez avec votre profil d’expert.

Cette prise de position peut contribuer à créer une foule de réactions. On peut chercher à faire peur pour bien faire comprendre à nos lecteurs qu’une pratique donnée est contre-indiquée. On peut vouloir susciter la joie pour montrer qu’un événement sera rassembleur. Ou l’espoir pour mettre en lumière qu’une situation difficile peut être simplement temporaire en suivant quelques bons conseils d’expert.

N’hésitez donc surtout pas à vous « affirmer ». Le seul risque, c’est de vous tromper. Et si ça devait arriver, sachez que les vrais experts n’hésiteront jamais à se corriger en cours de route. Même les plus grands auteurs de l’histoire de l’humanité ont rédigé des navets en voulant prendre position sur des sujets qui leur tenaient à cœur.

Mettez votre expertise en scène : « Show, don’t tell »

Comment pouvez-vous être original? Ce n’est pas en « disant » que vous êtes unique, original, créatif, out of the box ou particulièrement brillant. Mais bien en le « montrant ». En littérature, on dit souvent « show, don’t tell ». C’est exactement la même chose lorsqu’on veut démontrer notre expertise à l’écrit.

Les gens ne veulent pas lire votre CV et encore moins votre propre éloge. Ils veulent voir vos talents et vos passions en action. Prenons par exemple un commerçant qui vend des manteaux pour des excursions dans le Grand Nord.

« Mes manteaux vous tiendront au chaud! »

Ce n’est pas particulièrement évocateur ou distinctif. Si un manteau fabriqué pour marcher dans les plus grands froids ne me tenait pas au chaud, il y aurait un sérieux problème.

« Avec ce manteau, vous marcherez dans un blizzard avec l’assurance d’un ours polaire ».

Ici, on voit l’image d’un marcheur qui ne se soucie pas du froid, qui brave la tempête. On pourrait facilement créer un visuel en n’utilisant que cette phrase pour inspirer toute la stratégie marketing.

Montrez comment vos produits changent le monde. Présentez les avantages de vos services. En réfléchissant aux images que vous pouvez susciter chez votre lecteur, vous trouverez des façons véritablement « originales » de parler de vous, sans avoir l’air de le faire.

Ne tournez pas votre plume 7 fois dans votre main avant d’écrire

L’hésitation est trop souvent l’ennemie de la créativité. Douter de la pertinence de ses propres écrits, c’est souvent se donner les rôles du jugé, du juge et du jury. On oublie alors une chose bien importante : c’est l’opinion du lecteur qui compte.

Peu importe le temps passé à écrire votre texte et l’énergie que vous mettrez à le faire rayonner, vous ne pouvez pas vous substituer au lecteur. C’est lui qui vous dira si votre texte lui parle ou non. C’est sa réaction à lui qui compte, et non la vôtre. Il se peut qu’un article qui vous apparaît particulièrement mauvais soit, malgré cela, votre meilleure pièce d’anthologie. Il se peut aussi que votre jugement soit le bon et que vous vous soyez trompé. Vous ne pourrez le savoir qu’en trouvant quelqu’un pour vous lire.

Au début, vous pourriez solliciter quelques personnes pour relire vos textes et les commenter. C’est un bon moyen de réduire la pression qu’exercent les réseaux sociaux et le stress de performance. Avec le temps, vous apprendrez à vous faire confiance. L’important n’est pas de produire un texte parfait, c’est de créer la bonne réaction chez votre lecteur.

Plutôt que de réécrire votre texte dans l’ombre pendant des semaines, publiez-le. S’il ne fait pas le travail après quelques semaines, retravaillez-le, remaniez les idées, changez le titre, etc. Faites-le vivre quoi! Passer à l’action, c’est ce qui caractérise les rédacteurs les plus productifs. Parce que, peu importe la planification et la réflexion, s’il n’y a pas de passage à l’action, votre texte tombera dans l’oubli avant même que vous ne lui ayez donné la chance d’exister.

Apprenez à connaître votre lecteur

Le lecteur, c’est le client. S’il aime ce que vous faites, vous êtes dans la bonne direction. S’il n’adhère pas à votre message, c’est donc que celui-ci doit être retravaillé.

Sur le Web, il existe une foule d’outils pour mesurer et synthétiser des données extrêmement utiles sur votre audience. On peut facilement trouver des mots clés et des sujets qui intéressent les gens que nous tentons de rejoindre. Mais on peut aussi trouver des informations très précieuses sur la manière de les atteindre.

Certains lecteurs, par exemple, ont l’attention d’un poisson rouge. Ils regardent votre publication Facebook du coin de l’œil avant de jeter leur dévolu sur une publicité, une vidéo ou une image dans leur fil d’actualité. D’autres, à l’extrême opposé, ont l’attention d’un botaniste devant une feuille qui pousse : ils resteront immobiles et parfaitement concentrés sur un texte de 3000 mots, d’un bout à l’autre.

Votre lecteur n’est pas le même que celui de votre compétiteur. Même si vous vendez exactement la même chose, vous n’avez pas la même approche, la même vision et les mêmes valeurs. En vous intéressant aux gens qui consultent vos textes, vous comprendrez mieux comment ils lisent. Avec ces connaissances, vous rédigerez des textes beaucoup plus efficaces et ciblés qui pourront susciter la réaction souhaitée. Et ce, peu importe qu’il s’agisse d’une accroche dans une publicité ou d’un long article de fond sur une notion scientifique complexe.

Rédigez au naturel

Le meilleur truc que je peux donner aux rédacteurs en devenir, c’est de ne jamais dire qu’ils sont « authentiques ». Vous devez simplement l’être. Et cette authenticité passe nécessairement par un ton bien à vous, des figures de style, des mises en contexte. Vous rédigez avec ce que vous êtes, avec ce que vous savez. Nécessairement, cette couleur et cette personnalité devraient se retrouver dans vos écrits.

Quand on parle de référencement naturel, on réfère toujours à l’importance d’utiliser des techniques de rédaction adaptées au Web, sans jamais oublier que ce sont des gens, et non les robots indexeurs, qui liront. Rédiger, c’est donc évidemment faire appel aux règles de la langue française, à des principes de communication et à une foule d’autres détails plus ou moins techniques pour analyser et comprendre votre audience. Mais plus que tout, vous créez votre propre mise en scène.

En terminant, mon meilleur conseil n’est donc pas d’apprendre le SEO et les techniques d’intégration Web adaptées au référencement moderne, ni même d’apprendre à maîtriser la langue par cœur. C’est de vous lancer, avec naturel, dans la rédaction de vos contenus. Montrez au monde ce qui vous allume, pourquoi ça vous anime et comment vous faites pour que votre passion rayonne. C’est ainsi que vous réussirez à transformer votre lecteur en adepte fidèle. Il pardonnera un « s » manquant, il oubliera même que vous vous êtes trompé dans une statistique. Parce que vous aurez pris le temps de créer une réaction qui transforme les interactions virtuelles sur le Web en une relation riche, d’humain à humain.

Alors, lancez-vous et amusez-vous! Et si vous avez besoin d’un coach en rédaction pour vous aider à exprimer votre passion à l’écrit, Marise et moi vous accompagnerons avec grand plaisir dans cette merveilleuse aventure qu’est l’écriture.

À propos de l'auteur

Michel Bouchard

Michel est référenceur, rédacteur et fondateur de REmédia. Depuis la fin de ses études universitaires, il s'intéresse principalement aux méthodes de référencement organiques, au SEO, aux outils de Google (Google Analytics, Google Ads, Search Console, Data Studio), à l'entrepreneuriat et au travail créatif. Fondateur de REmédia, il travaille depuis 2014 à augmenter les revenus et la visibilité de sa clientèle sur le Web.

Partager cet article